Astuces pour bien choisir le coefficient d’isolation pour sa toiture

isolation toiture

Si vous avez la chance d’habiter une maison individuelle, vous savez peut-être déjà que l’entretien de celle-ci n’est pas de tout repos. La toiture à elle seul constitue une grande partie du travail : nettoyage, maintenance, mais aussi isolation. Ce dernier paramètre est assez sensible puisqu’il mérite une étude approfondie. La question principale qui se pose est la suivante : quel coefficient d’isolation préférer pour la couverture de sa toiture ?

Pourquoi le coefficient est-il important pour l’isolation d’une toiture ?

Depuis le 1er janvier 2013, tous les bâtiments de construction neuve doivent impérativement remplir un cahier des charges en matière de consommation énergétique. Par ailleurs, l’isolation conforme aux normes est un critère à remplir. Toute bonne isolation passe par l’étude de la résistance thermique (R) du matériau choisi pour isoler la pièce en question, c’est un fait. Selon la norme RT 2012, la toiture, les rampants et les combles perdus doivent avoir une résistance thermique d’au moins 6 m2. K/W pour être aux normes.

Or, cette résistance passe en premier lieu par le coefficient de diffusion thermique du matériau en question. Plus celui-ci sera grand, moins le matériau sera isolant. On cherchera donc à trouver des matières au faible coefficient de diffusion pour se plier au mieux à la norme RT 2012. À titre informatif, voici quelques exemples de matériaux isolants très prisés et leurs coefficients de diffusion respectifs :

  • Laine de verre : 0.039 ;
  • Polyuréthane : 0.025 ;
  • Verre cellulaire : 0.046

L’épaisseur associée à chaque coefficient d’isolation de toiture

Le coefficient de diffusion thermique n’est pas le seul acteur dans la bonne ou mauvaise isolation d’une toiture. En effet, la résistance thermique R s’exprime par le rapport du fameux coefficient sur l’épaisseur de la couche de matériau. Il s’agit donc d’une relation de proportion inverse ; plus le matériau est isolant (plus son coefficient de diffusion est faible), moins on aura besoin de couches épaisses pour l’isolation.

C’est là tout l’intérêt des études énergétiques, elles permettent de déterminer les matériaux qui offrent les meilleures propriétés dans le cadre d’épaisseurs réduites. C’est tout particulièrement utile quand on ne dispose pas d’une surface trop importante. Il est aussi essentiel de mentionner le facteur budget : les matériaux à faible coefficient de diffusion sont généralement les plus coûteux.

Par ailleurs, si vous disposez d’une surface convenable et souhaitez investir durablement dans votre isolation, optez plutôt pour le polyuréthane. La fibre de bois est également un excellent choix, avec son coefficient d’une valeur de 0.038. Pour les budgets réduits, la solution la plus effective est la laine minérale/naturelle. Laine de verre, laine de roche sont autant de matériaux qui offrent des coefficients de diffusion plus que corrects tout en étant économiques.

Retour en haut