Isolation phonique au plafond : comment procéder ?

isolation phonique

Grincements de meubles, talons sur le sol, bruits d’enfants qui courent, tout le monde a connu les nuisances dues aux plafonds mal isolés. Bonne nouvelle ! Grâce à quelques modifications, vous pouvez éliminer ces nuisances en insonorisant votre plafond avec de l’isolant phonique. Il existe de nombreux isolants phoniques ainsi que plusieurs techniques d’isolation pour les plafonds.

Quel matériau pour une isolation phonique au plafond ?

On distingue plusieurs types de nuisances sonores. Les plus rencontrées en logements sont :

  • Les bruits aériens, comme le son d’un aspirateur ou de la musique ;
  • Les bruits d’impact, comme les grincements de meubles ou bruits de pas.

Pour éliminer ou absorber ces nuisances, un isolant phonique est nécessaire. Chacun est doté de ses avantages et de ses inconvénients, il existe plusieurs types d’isolants phoniques :

  • Laine de verre ;
  • Polyuréthane en mousse composite ;
  • Plaques de plâtre.

La laine de verre est un isolant assez connu. Il est principalement utilisé pour de l’isolation thermique, cependant, il apporte une bonne isolation phonique pour des bruits aériens ainsi que des bruits d’impact. Si vous ne souhaitez pas combiner une isolation thermique et phonique, le polyuréthane en mousse est le matériau idéal. Ses performances sont excellentes pour absorber les bruits aériens et d’impact. Les plaques de plâtre, ou ‘placo’ sont très utilisées pour l’isolation acoustique.

Les techniques possibles pour une isolation phonique au plafond

Pour isoler phoniquement votre plafond, deux principales techniques s’offrent à vous.

Isolation phonique au plafond grâce aux plafonds suspendus

Il faudra suspendre une ossature métallique pour créer un faux plafond, puis y visser des plaques de plâtre. L’isolant phonique, tel que de la laine de verre, vient par la suite remplir le vide. Cette technique réduira considérablement les bruits aériens. Cependant, les vibrations arriveront à être transmises par l’ancien plafond. Il faudra dans ce cas poser une ossature fixée de mur en mur (longue portée). Cette technique empêchera les vibrations de se transmettre au faux plafond.

Passez au-dessus du problème d’isolation phonique !

Le plafond suspendu présente un inconvénient majeur, il réduit la hauteur sous plafond de la pièce. Dans le cas où ce sacrifice n’est pas réalisable, et si on a accès à l’étage du dessus, une isolation phonique dans la structure entre le sol de l’étage au-dessus et le plafond est une bonne alternative. L’idée est de placer des planches d’isolants phoniques dans le vide sanitaire ou sur le terre-plein pour pouvoir absorber les nuisances sonores.

Il est aussi possible de placer une chape flottante sur un sol en bois ou en béton. On placera alors des panneaux isolants sur ce sol, qu’on recouvrira par la suite par un nouveau plancher.

Retour en haut